11 idées fausses sur le congélateur armoire 11 litres | congélateur armoire 11 litres

En résistance, contre le froid

Congélateur armoire Liebherr GKN 22 | Darty - congélateur armoire 200 litres

Congélateur armoire Liebherr GKN 22 | Darty – congélateur armoire 200 litres | congélateur armoire 200 litres

Image Source: darty.com

La question de la précarisation croissante des ménages face aux dépenses d’énergie, pour chauffer le logement et se déplacer en voiture individuelle, a pris une réelle ampleur dans le débat social. Pour l’Insee, 5,9 millions de foyers français seraient touchés par la «vulnérabilité énergétique», soit près d’un quart des ménages.

La réalisation d’un portrait photographique de la précarité énergétique est partie du constat de la difficulté à mettre un visage sur ces situations. Les critères adoptés par la statistique publique – poids des dépenses d’énergie dans le budget du ménage, froid ressenti dans le logement – amalgament une grande diversité de situations.

Qui sont les ménages qui en se chauffant à une température confortable dépensent en énergie un budget jugé excessif ? Qui vit dans le froid, du fait d’un logement «inchauffable», ou de restrictions permanentes ? Quels sont ceux qui subissent les coupures de compteur pour cause d’impayés ?

Les portraits photographiques donnent à voir la diversité des traits de la précarité énergétique. Le ménage qui fait face à des factures trop lourdes, du fait d’un chauffage peu performant, est finalement le moins courant. Nombreux, en revanche, sont les propriétaires occupants de bâtis vétustes qui n’ont pas les ressources pour mener des travaux de rénovation. Nombreux également les locataires dans des logements dégradés, que les propriétaires ne veulent pas améliorer. Cette précarité là, bien que focalisée sur la dépense énergétique, renvoie de fait à la question plus ancienne du mal logement. S’ajoutent à cela beaucoup de situations qui relèvent de la stricte précarité financière, dans des logements sains et normalement efficaces, donnant lieu à des pratiques de restriction drastique, à des retards de paiement, voire à des coupures de gaz et d’électricité pour cause d’impayés.

Le reportage photographique documente des conditions de vie marquées par des températures intérieures très basses, l’humidité et les moisissures qui s’infiltrent partout. La vie dans le froid se donne à voir à travers des signes qui sautent aux yeux (chauffage d’appoint comme seule source de chaleur, moisissures sur les murs, appareils à l’arrêt) et d’autres plus impalpables (vie dans une seule pièce, pratiques adaptatives relevant d’une «vie à l’ancienne», honte conduisant au repli sur soi…). Ce reportage est une plongée au cœur de l’expérience de la privation de chaleur et de l’inconfort thermique. Il veut éclairer cette question dérangeante : qu’est-ce qu’avoir froid chez soi, en France, au XXIème siècle ? Quelles en sont les raisons et les effets ?

Se confronter aux intérieurs de ces ménages conduit à ce constat : le confort thermique est l’un des marqueurs centraux de notre mode de vie, dont les «précaires énergétiques» sont privés, du fait de situations financières trop lourdement contraintes. Entrer dans le foyer d’un précaire énergétique, c’est faire l’expérience très abrupte de conditions de vie «en résistance, contre le froid». Et cela fait froid dans le dos…

Valérie, 44 ans, mariée, mère de 4 enfants, assistante maternelle en invalidité, propriétaire en Puisaye (Loiret).

« Nous avons acheté cette maison à retaper en 2007. L’entreprise qui devait faire nos travaux a déposé le bilan et nous avons tout perdu. Nous sommes restés trois ans dans la maison froide, humide, moisie, pleine de courant d’air, l’électricité et la plomberie sont aléatoires, et c’est envahi de souris… En 2011, on a décidé de s’installer dans un mobil-home sur le terrain. Le froid glacial entre par les sols, il fait 12°C dans la pièce à vivre, 8°C dans nos chambres et les aliments gèlent dans les placards de la cuisine. Le plus dur est de vivre à cinq dans une caravane, cuisiner sur une gazinière restée dans la maison et faire les lessives en ville. D’ailleurs, les filles s’habillent tous les jours pareils, c’est moins de travail.» 

 

Réduits à la caravane. Un chemin boueux conduit à une vieille bâtisse rurale dont toutes les portes et fenêtres ont été remplacées, avec de nouvelles huisseries en PVC et du double vitrage. Tout autour, des empilements de matériaux de construction laissent imaginer que la maison est en chantier. Mais c’est à côté, dans une petite caravane, que vivent Valérie, ses trois filles, ainsi que son mari routier quand il est là. Tout y est étroit et entassé. Il ne fait pas plus de 15-16°C avec le chauffage électrique, et la dépense est néanmoins conséquente, de l’ordre de 100 euros par mois.

Ils ont acheté, en 2011, ce bâtiment sur un grand terrain. Toutes leurs économies devaient permettre sa rénovation et son équipement. Mais l’argent des travaux a été dilapidé par un artisan local qui a enchaîné les malfaçons et s’est rendu insolvable. Impossible d’habiter la maison. Installer une caravane sur le terrain fut la seule alternative. Une telle situation n’est pas rare. Au-delà de l’escroquerie, dont cette famille a été victime, de nombreux jeunes ménages modestes achètent des vieilles habitations rurales qu’il faut entièrement rénover. Mais n’étant pas du métier, ils ont souvent de mauvaises surprises quand ils engagent les travaux et leur ampleur, non prévue, les met dans l’impasse financièrement.

Ne pouvant plus accueillir d’enfants chez elle, Valérie a perdu son travail d’assistante maternelle agréée. Handicapée par une dépression, elle touche une allocation de 300 euros par mois. Son mari a un revenu de 2700 euros. Les mensualités des prêts s’élèvent à 1200 euros, dont ils ne paient finalement que la moitié, du fait du statut d’handicapé de l’épouse.

De cette situation, la presse locale et les chaînes de télévision régionales se sont faites l’écho à plusieurs reprises. Et, de fil en aiguille, un groupe de personnes s’est constitué pour venir en aide à la famille. Le chantier de rénovation de la maison, interrompu par la faillite frauduleuse de l’artisan, a repris, animé bénévolement par ce groupe, mais aussi par l’association des Compagnons Bâtisseurs. Un projet viable a été établi par l’association SOLiHA-Pact du Loiret qui collecte les fonds nécessaires, notamment auprès de l’Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat.

Finalement, les filets sociaux se sont déployés dans toutes leurs dimensions – allocation pour handicap, aide à l’amélioration de l’habitat, … – et se conjuguent à l’élan de solidarité de la société locale, pour permettre à cette famille d’émerger d’une situation bloquée, qui relève de l’impunité. En dépit du procès gagné par la famille, et de la condamnation de l’artisan à rembourser le montant des travaux, rien ne sera récupéré financièrement.

La précarité énergétique est, dans ce cas, le fait de propriétaires qui bien qu’ayant eu les moyens d’acquérir une habitation, n’ont finalement pas les ressources suffisantes pour la rendre normalement habitable. La difficulté à chauffer en est la première des conséquences : ces propriétaires vivent dans le froid pour ne pas avoir des factures impossibles à régler. Parce qu’ils sont déjà lourdement endettés, ils se trouvent assignés à résidence dans le « mal logement ». Leur capital immobilier déprécié ne leur donne pas la perspective de revendre, pour se reloger dans de meilleures conditions. 

Rachida, 55 ans, divorcée, mère de 6 enfants, agent d’entretien en invalidité, propriétaire à Lyon (Rhône).

« Mon mari m’a quitté en plein travaux avec six enfants à charge, il y a sept ans. La chaudière au fioul est tombée en panne. La maison est froide et humide. La journée, je vais au centre commercial pour trouver un peu de chaleur. J’ai acheté un halogène sur roulettes chez Emmaüs que j’allume le soir quand mes enfants rentrent de l’école. Il chauffe la pièce principale où nous dormons ensemble, chacun sur une banquette. Il fait 12° le matin quand on sort des couvertures, c’est très dur. »

 

Le repli dans une pièce. Souvent, en demi-saison, il fait plus froid dedans que dehors : Rachida va au centre commercial, ou bien chez sa mère, pour trouver la chaleur. On est à la fin de l’hiver, il fait effectivement franchement froid dans le salon, entre 15 et 16°C. Elle garde le bébé de 6 mois de sa fille mariée qui vit en HLM. Pour être sûre qu’il ait chaud, elle lui enfile trois pulls.

Dans la journée, elle ne chauffe pas. Le soir, elle allume le chauffage d’appoint dans la pièce principale où ils dorment tous, chacun sur une banquette. Les moisissures se développent sur les murs derrière les coussins. La nuit elle coupe l’appareil : « sortir des couvertures le matin quand il fait 12° dans la pièce est vraiment dur. »

Rachida habite depuis 15 ans cette maison des années trente à Pierre Bénite dans la banlieue de Lyon. Quand ils ont emménagé, elle était chauffée par une chaudière au fioul. Mais elle est tombée en panne il y a 7 ans, au moment où son mari l’a quittée, la laissant avec six enfants. Le plus jeune avait 6 ans, l’aîné 20 ans. Elle n’avait pas l’argent pour remplacer la chaudière. Elle a acheté un chauffage d’appoint halogène, qu’elle a trouvé chez Emmaüs.

La maison n’avait pas été rénovée : elle n’a pas d’aération, ni de fenêtres isolées. Du fait du manque de chauffage, l’humidité stagne à l’intérieur. Rachida fait de l’asthme aggravé et des allergies à cause des moisissures. Elle a besoin d’un masque pour ses crises d’asthme : « je dois respirer dans mon masque à oxygène 3 fois par jour ». Des prises de courant ne fonctionnent plus, les meubles sont abîmés. Pour prendre une douche, elle amène le chauffage d’appoint dans la pièce d’eau. Et elle emporte chez sa fille ou chez sa mère le linge qu’elle a lavé, pour pouvoir le faire sécher.

Après avoir été agent d’entretien pendant des années, elle est aujourd’hui en invalidité. Cinq enfants vivent encore avec elle. Elle a gardé une voiture, mais ne peut payer l’assurance et l’essence. Heureusement, depuis un an, elle a fini de rembourser sa maison.

Elle a pris contact avec l’Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat. Sa demande de subvention va aboutir. Le devis global pour installer une chaudière à gaz, une ventilation VMC et du double vitrage, s’élève à 18 000 euros.

Corinne, 40 ans, célibataire, mère de 4 enfants, aide à la personne sans emploi, locataire en immeuble à Sète (Hérault).

“Cet appartement est classé indécent, il est humide, les placards, murs, fenêtres et vêtements sont moisis. Je touche le RSA, une fois toutes mes factures acquittées il me reste 70€. Je me prive de chauffage la journée alors qu’il fait 13° dans le salon. Certains jours, il fait plus froid chez moi que dans la rue. Pendant les vacances, ma fille reste dans son lit la journée, sous la couette avec les chats qui lui tiennent chaud. Le soir on s’assoit par terre, ensemble, sous le radiateur, il fait tout juste16°.”

Victimes d’agents immobiliers qui font écran. Cet après-midi là, il fait 14°C dans l’appartement, un trois pièces de 60m², très haut sous plafond, dans un bel immeuble ancien du centre de Sète. Les murs blancs sont nus. L’installation électrique n’est pas aux normes et le logement très mal isolé, en dépit du double vitrage. Corinne dort sur un canapé dans le petit salon. Ses deux adolescents, de 11 ans et 13 ans, occupent chacun une chambre. Quand il fait froid pendant l’hiver, les adolescents passent le plus clair de leur temps dans leur lit. La situation de sous chauffage favorise l’humidité intérieure sous les fenêtres et les murs au nord, et engendre le développement des moisissures. Les aliments se gâtent vite, le linge aussi.

Le diagnostic de performance énergétique établi par l’association Gefosat de Montpellier a attribué l’étiquette G, la plus mauvaise, à ce logement. De ce diagnostic, il ressort que pour chauffer à 19°C, la dépense annuelle serait de 2300 euros. Même avec des appareils plus performants, – il faudrait des panneaux rayonnants plutôt que des convecteurs -, la dépense d’énergie resterait élevée compte tenu de la mauvaise isolation de l’immeuble. Du fait des restrictions qu’elle s’impose, Corinne a limité sa facture d’électricité à 1350 euros l’année précédente.

Corinne vit mal cette situation et ses enfants aussi. Le froid, mais aussi l’impression qu’aucune solution ne se dessine, les rend tous dépressifs, et peu communicants. Cela fait déjà deux hivers qu’ils passent là, et ils espèrent ne pas en passer un troisième dans les mêmes conditions. Ils voudraient partir, trouver un logement à Montpellier, quitte à se loger dans un appartement plus petit. Mais leurs ressources sont très limitées. Sa santé s’étant dégradée, Corinne ne travaille plus depuis trois ans, et touche le Revenu de Solidarité Active. En dépit d’une aide au logement élevée (ils ne paient au final que 100 euros de loyer), il ne reste pour vivre à trois que 70 euros par mois, une fois déduites les charges contraintes (électricité, eau, internet pour avoir la télévision, portable). Ils se nourrissent de pâtes et de riz.

L’appartement est loué par une agence immobilière qui gère tout l’immeuble. Le propriétaire est inaccessible, et il est donc difficile d’intervenir pour le convaincre de faire des travaux qui pourraient être financés par l’Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat. L’agence immobilière connait bien la loi et s’arrange pour faire le minimum.

Congélateur armoire LIEBHERR Comfort GNP22 22 l - Achat / Vente ... - congélateur armoire 200 litres

Congélateur armoire LIEBHERR Comfort GNP22 22 l – Achat / Vente … – congélateur armoire 200 litres | congélateur armoire 200 litres

Image Source: cdscdn.com

Dans une ville comme Sète, les immeubles de ce type sont nombreux, très mal isolés, avec des systèmes de chauffage vétustes ou inadaptés. Malheureusement, la mauvaise performance énergétique ne fait pas partie des critères retenus pour caractériser l’indécence du logement. Et les associations qui interviennent sur ces situations, comme le Gefosat à Montpellier, n’ont pas les moyens de contraindre les propriétaires. La déclaration d’indécence oblige en principe ces derniers à améliorer l’état du logement qu’ils louent. L’association CLCV peut être mobilisée pour une médiation entre le locataire et le propriétaire. Mais l’issue est très incertaine. Dans beaucoup de cas, ce sont les locataires qui finissent par déménager, et le logement est reloué dans un état qui reste inchangé.

Gérard, 67 ans, célibataire, agriculteur retraité, sa soeur, Maryse, 63 ans, célibataire, aide familiale retraitée, propriétaires à Pithiviers (Loiret)

« Notre mère a mis au monde huit enfants dans cette maison. Nous sommes restés ici avec elle toute notre vie. Elle est décédée il y a 4 ans et n’avait jamais voulu faire de travaux d’aménagement. Les radiateurs électriques ne fonctionnent pas, je m’en sers pour poser mes plantes vertes. Les toilettes et la douche sont dehors dans des cabanes. On utilise un pot de chambre la nuit pour ne pas sortir. L’hiver, le vendredi soir après la vaisselle, on se lave à l’évier, chacun son tour. »

 

© Stéphanie Lacombe

Leurs conditions de vie sont d’un autre temps : pas de salle de bain, pas de WC intérieur, pas d’assainissement. Ils utilisent toujours, dans le jardin, la cabane sur la fosse d’aisance. Un beau frère leur a installé une douche dans un ancien poulailler. Pour se doucher, ils transportent de la maison un petit radiateur électrique : « mais on ne peut pas l’utiliser en même temps que l’on tire l’eau chaude du cumulus, ça fait sauter les plombs ». C’est pour Maryse. Gérard lui se lave dans la cuisine. Les convecteurs électriques ne fonctionnent plus depuis longtemps, Maryse les utilise comme supports pour ses plantes vertes.

Pour se chauffer, il y a la cheminée, ainsi qu’un poêle au fioul à côté de la cuisinière. Ils jugent les deux systèmes nécessaires, « parce que c’est humide par là ». La cuisinière fonctionne avec des bouteilles de gaz. Dans cette vieille habitation qui n’a jamais été rénovée, la dépense énergétique est élevée pour une si petite surface : 340 euros de bois (pour 8 stères), 750 euros de fioul (700 litres), et 500 euros d’électricité pour le cumulus, le congélateur, le réfrigérateur et la télévision, soit au total 1600 euros par an. S’y ajoutent les dépenses de la voiture, indispensable pour faire le ravitaillement une fois par semaine à Pithiviers, et les aller et venues quotidiennes. Soit de l’ordre de 1200 euros par an de carburant et 600 euros d’assurance. Leurs revenus de retraités s’élèvent à 850 euros par mois pour lui, 380 euros pour elle, soit 1230 euros pour leur ménage. Les dépenses d’énergie (135 euros par mois pour la maison, en dépense lissée sur l’année, et 150 euros par mois pour la voiture) représentent 19% de leur revenu.

Gérard et Maryse ont été des précaires énergétiques bien avant que l’on ne se préoccupe de cette question : ils ont subi le mal logement, vivant hors des normes du confort contemporain, ce dont ils ont bien conscience. Un voisin leur a parlé des aides du programme Habiter Mieux de l’Agence nationale d’Amélioration de l’Habitat. Ils peuvent y prétendre au vu de leurs revenus et de leurs dépenses énergétiques. Pour eux, l’important sera de pouvoir accéder enfin au confort, bien plus que de réaliser des économies d’énergie. Le projet de rénovation est conséquent : raccorder l’habitation à l’assainissement de la commune, créer des sanitaires intérieurs et une salle d’eau, moderniser le système de chauffage, améliorer l’isolation, installer une ventilation. 

Guillaume, 50 ans, célibataire, sans emploi, vit dans un squat (Ile-de-France).

« Je n’ai jamais eu aussi froid de toute ma vie depuis que j’habite ce squat. Pourtant je m’organise. J’ai installé dans la grande pièce un poêle à bois mais celui-ci s’éteint la nuit et c’est glacial au réveil. Alors pour dormir, j’ai monté une tente que je recouvre de tissus, j’ai un radiateur électrique à l’intérieur. Je dors avec un bonnet, des collants, des chaussettes, une combinaison thermolactyl et je glisse des bouteilles d’eau chaude dans le lit. Le froid arrive par les pieds à cause du ciment au sol. Le matin c’est le choc thermique quand je me lève pour faire mon café et prendre ma douche. »

  

La tente pour passer l’hiver dans le squat. Au début de l’hiver, la tente est montée, à l’intérieur de la pièce. C’est le “point chaud” du logement. Par grand froid, elle est couverte de tissus qui isolent, et elle prend alors des allures de “yourte”.

Guillaume vit depuis cinq ans dans un bâtiment industriel désaffecté, où il occupe un plateau de 60m². Toutes sortes de gens habitent cet endroit, plutôt rude. Une association s’est montée pour gérer la sécurité du lieu et en particulier le compteur électrique général. C’est un enjeu crucial : il faut éviter que le compteur ne soit coupé par EDF, sinon il ne sera pas rétabli. Il faut donc collecter l’argent nécessaire pour payer la facture mensuelle qui, compte tenu du grand nombre d’occupants, est de plusieurs milliers d’euros. Chacun doit payer en fonction de la surface qu’il utilise, près de 200 euros par mois pour Guillaume. Il vit avec le RSA et considère qu’il n’a pas de problème d’argent, même s’il n’a aucune réserve financière. Tout ce qui meuble son intérieur est de la récupération, ou a été acheté à très bas prix.

Il fait rentrer cinq stères de bois en début d’hiver, à 60 euros le stère. Il utilise également un convecteur électrique. Le soir, il branche le radiateur électrique à l’intérieur de la tente. Dès lors, il a suffisamment chaud pour travailler à l’ordinateur. Il fabrique des bouillottes avec des bouteilles de Coca. Il lui est arrivé d’utiliser des couvertures chauffantes, mais il préfère éviter car ce n’est pas bon pour la santé. De même, il refuse d’en venir au poêle à pétrole en raison des émanations. Il dort avec un collant, des chaussettes, et une combinaison en thermolactyl. Et dans la journée, il porte de grosses chaussures à semelles épaisses pour garder les pieds chauds.

Il y a deux ans, Guillaume a été sévèrement malade, son angine ne passait pas, il a eu peur pour sa santé. Depuis, il évite de rester chez lui dans la journée, et va en bibliothèque, ou dans des cafés. L’hiver, quand il rentre chez lui en fin de journée, il s’installe directement sous la tente. Car lancer le poêle et attendre qu’il réchauffe sa grande pièce est trop long.

La police considère le lieu comme une zone de non droit. Mais il est néanmoins reconnu comme une adresse. La mairie tolère le squat car il assure de fait un gardiennage gratuit du lieu, en attendant que n’aboutisse le projet de démolition. Le squat est une solution pleine d’incertitudes. Il suffit que le compteur électrique soit coupé pour que ça cesse d’être habitable. Guillaume pense quitter l’endroit. Il a des amis qui ont été s’installer sur le plateau de Millevaches dans de vieilles bâtisses qui ne coûtent rien. Mais là encore, il faut savoir s’organiser. Sans soleil, il y fait vite froid.

Guillaume se situe aux limites de la précarité énergétique telle que la définissent les indicateurs statistiques. Techniquement, il fait partie de ces ménages qui ne peuvent chauffer normalement leur logement et se restreignent sur l’énergie faute de ressources financières. Mais le squat, comme le bidonville ou d’autres formes d’habitat de fortune, se situe hors du champ des logements qui émargent aux aides publiques. Guillaume vit le logement précaire, et pas simplement la précarité énergétique.  

Raymonde, 59 ans, sans emploi, son mari, René 62 ans, retraité, mariés et un fils de 28 ans à charge, locataire en HLM à Lens (Nord).

« GDF nous a coupé le gaz il y a deux ans. Nous avons un seul convecteur électrique dans l’appartement que l’on déplace au besoin. Le matin, nous chauffons l’eau à la casserole sur les plaques électriques de la cuisine pour se laver à la salle de bain. Nous ne prenons plus de douche, c’est trop compliqué. Nous avons des dettes, ma machine à laver est en panne depuis trois ans, je lave le linge à la main. On se restreint tous les jours : le frigo est vide, comme un frigo de démonstration chez Darty. On s’habitue à tout, sauf à l’idée de se retrouver à la rue. »

  © Stéphanie Lacombe

Seul le convecteur électrique est en marche, tout le reste s’est éteint. Dans un coin du salon, le convecteur électrique est le seul indice qui signale que Raymonde, René et leur fils de 28 ans ne vivent pas “comme tout le monde”. On ne remarque d’ailleurs pas tout de suite ce convecteur, tant l’appartement de trois pièces, dans une HLM située dans les faubourgs d’une ville du Nord, a tous les attributs apparents du confort domestique.

Les rideaux aux fenêtres, les coussins sur le canapé, et le vase de fleurs sur la console du salon sont des signes d’investissement domestique, du désir d’être bien chez soi. Mais ces signes sont très vite démentis. D’abord par une sensation, qu’exhalent les murs nus, de rigueur spartiate. Ensuite par le constat qui émerge peu à peu que l’appartement est entièrement “à l’arrêt”. Presque aucun des appareils qui s’y trouvent ne fonctionne. Les lumières sont éteintes et la machine à laver, hors d’usage, n’a pas été remplacée. Les radiateurs et la cuisinière à gaz ne fonctionnent pas non plus. Ils ont toutefois des substituts : un convecteur électrique qui chauffe avec parcimonie, et un réchaud électrique à deux plaques pour cuisiner. Le réfrigérateur est le seul appareil qui échappe à la drastique restriction du courant à laquelle se livrent Raymonde et René. Mais il est presque vide.

Prisonniers de l’endettement accumulé par une cascade de revers, le couple et le grand fils se serrent les coudes. Cette adversité les a malheureusement isolés. Raymonde préfère cacher la vérité de sa situation à sa famille et ne pas leur montrer ses conditions de vie. Il y a deux ans, GDF a coupé l’arrivée de gaz de l’appartement, pour cause d’impayés. Ils se sont contraints à faire avec : plus de chauffage, ni d’eau chaude, plus de cuisinière à gaz. A côté de ces objets figés dans le non-usage, des réflexes et pratiques d’antan ont resurgi : toilette au lavabo avec une casserole d’eau chauffée sur le réchaud, lavage quotidien du linge à la main, rassemblement de la famille dans la même pièce, autour du point chaud, tandis que les chambres restent froides. La mobilité a été drastiquement réduite également, faute d’avoir pu conserver une voiture : tous leurs déplacements se font à pied. Mais si l’expression “vivre à l’ancienne”, qui revient souvent dans leur bouche, permet de résumer simplement le quotidien qui est le leur, elle donne surtout une signification implicite à ce qui leur arrive : un grand retour en arrière, comme une chute hors du train de la normalité, qui logiquement emporte chaque génération vers plus d’aisance que la précédente.

Pour Raymonde et René, la question n’est pas le caractère défectueux du système de chauffage, encore moins le défaut d’isolation, mais bien l’incapacité à payer les factures. Le critère officiel de la précarité énergétique, avoir des montants de factures pesant plus de 10% du budget, se révèle ici particulièrement inopérant. Car la restriction est permanente, et ne se limite pas à l’électricité. Le compteur coupé, qui met à l’arrêt toute la vie quotidienne, résonne à la fois comme une assignation à résidence entre des murs devenus inconfortables, et comme un avertissement : l’étape d’après, si on ne peut plus assurer le loyer, c’est la rue, une véritable angoisse pour ce couple.

Fatima, 60 ans, mariée, mère au foyer, 4 enfants dont deux handicapés, propriétaire d’un pavillon à Nanterre (Hauts-de-Seine)

« Les convecteurs électriques sont d’origine, ils ont 34 ans… des “grille-pains” dont on ne se sert plus. J’utilise un poêle à pétrole que je déplace de la cuisine au salon. En haut, on utilise un chauffage d’appoint sur le palier pour toutes les chambres. La nuit, j’éteins tout les chauffages jusqu’au petit-déjeuner et fais sécher mon linge par terre. Nous n’avons pas les moyens d’installer le chauffage au gaz, pas de loisir et encore moins de repos. Manger avec une veste n’est pas agréable. On peut se priver d’un beefsteak mais pas de chauffage, c’est un luxe. »

En achetant cette maison à Nanterre, la famille n’a pas imaginé quel serait le montant de la facture d’électricité. Construite en 1981, elle est équipée de ces radiateurs électriques que l’on a surnommé les « grilles-pain », et qui ont fleuri dans les constructions neuves tout au long des années 1970. La première année, toutes les pièces ont été chauffées. « Quand on a reçu la note, c’était horrible, je ne m’attendais pas à ça : 3000 euros ? Je ne comprenais pas. J’ai eu un choc. J’étais d’accord pour payer, mais petit à petit. Il a fallu monter un dossier à EDF ». Le devis proposé par EDF pour un changement d’appareils de chauffage était de 21 000 euros. Inenvisageable.

Congélateur armoire Indesit UI22S.22 | Darty - congélateur armoire 200 litres

Congélateur armoire Indesit UI22S.22 | Darty – congélateur armoire 200 litres | congélateur armoire 200 litres

Image Source: darty.com

Depuis, les radiateurs sont à l’arrêt, remplacés par un poêle à pétrole utilisé avec parcimonie. En hiver, il fait 12°C dans le séjour, où la famille vit rassemblée, les volets fermés pour isoler. La soupe quotidienne retrouve sa fonction du passé, nourrir autant que réchauffer. On reste devant la télévision avec une couette. La solution du chauffage d’appoint a permis de limiter la dépense de chauffage à 35 euros par quinzaine quand il fait froid. La consommation électrique, elle aussi, a été fortement réduite. 

Fatima ne travaille pas, et son mari laveur de vitres est retraité. Ils ont un revenu mensuel de 2000 euros pour quatre. Ils ont eu quatre enfants, dont deux sont handicapés. Un de leur fils, qui travaille comme agent d’accueil à la SNCF, habite toujours avec la famille. Deux des enfants sont asthmatiques. La précarité énergétique induit son cortège de conséquences néfastes : humidité, moisissures, asthme. Mais ici, pas de repli sur soi. Fatima est active comme bénévole dans une association de quartier qui fait du soutien scolaire, de la cuisine, de la gymnastique, du sport. « Il y a tout le temps quelque chose à y faire.  J’y suis bénévole, c’est ma bouffée d’air ».

Cette situation fait partie des rares cas qui répondent précisément au critère qui définit la précarité énergétique : le coût réel pour se chauffer selon les standards de confort d’aujourd’hui excède le seuil des 10% du budget du ménage. Construite après la première réglementation thermique, l’habitation est caractéristique de la période du tout électrique. Le bâti est sain et normalement isolé. Ici, la précarité énergétique naît à la rencontre d’un système de chauffage peu efficace et de la faiblesse des revenus.

Par le bouche à oreille, Fatima a eu connaissance de l’association SOLiHA-Pact Paris-Hauts -de-Seine, il y a trois ans. Un dossier d’accompagnement a été monté, qui prévoit le raccordement au gaz de ville, l’installation d’une chaudière pour le chauffage et l’eau chaude, et le changement des fenêtres. Le projet de travaux, financé par le programme Habiter Mieux de l’Agence nationale d’Amélioration de l’Habitat, se monte à 35 000 €. Il reste 5 000€ à la charge de la famille. Un prêt à taux zéro sur 5 ans a été obtenu par le biais de la mairie.

“Psychologiquement ça va : on a un toit, c’est déjà beaucoup. Mon rêve, c’est d’être enfin à l’aise chez moi, de pouvoir dormir en pyjama sans rajouter le survêtement.” 

Nadine, 71 ans, veuve, 2 enfants, employée de commerce à la retraite, propriétaire dans le Vexin (Val d’Oise).

« J’étais toute jeune mariée quand je suis arrivée dans ce préfabriqué en 1964. L’odeur insupportable de moisi et d’humidité que vous sentez vient du sol car il n’y a pas de fondation sous le parquet. Cette maison est reconnue insalubre, mes habits sont dans des housses, j’essuie la moisissure à l’intérieur des armoires qui revient sans cesse, les rats entrent par les trous des sols. Le seul point de chauffe qu’il n’y ait jamais eu dans cette maison est dans la salle à manger. J’ai un poêle à pétrole posé devant la cheminée. Aucune autre partie de la maison n’est chauffée, aucune. Je refuse les invitations car je ne peux pas les rendre. J’ai honte. »

 

  © Stéphanie Lacombe

 

La gangrène d’un pavillon au bord des champs. 

En passant le seuil du pavillon, on croirait avoir franchi une frontière invisible, qui fait passer dans un autre monde. A l’extérieur, c’est une maison rectangulaire solidement crépie, sur un terrain bien entretenu, au bord des champs du Vexin. Mais l’intérieur a des allures de maison à l’abandon, tapissée de cortèges de moisissures, abreuvées par l’humidité qui remonte du sol par capillarité. Tout s’en imprègne. Le bas des murs est noirci, les matelas sont envahis de tâches de rouille, les tissus et les habits retiennent l’odeur de moisi.

L’histoire de la maison se confond avec celle de Nadine et Bernard. Construite en 1947, elle était au départ un simple préfabriqué servant de logement de fonction au personnel soumis à l’astreinte du centre d’insémination artificielle voisin, où travaillait Bernard. Le couple s’y installe en 1964, et le confort est alors minimal. Pas de système de chauffage, seulement une cuisinière à charbon dans la pièce principale. Au milieu des années 1980, Nadine et Bernard en deviennent propriétaires. Ils refont la toiture, ravalent la façade, installent du double vitrage et une chaudière, et décorent l’intérieur. L’habitation prend son allure de pavillon coquet qu’elle a encore, vu de l’extérieur.

Mais les revenus du couple se dégradent. Bernard tombe gravement malade. S’en suit une lente dégradation intérieure. La chaudière n’est plus entretenue, et finit par être abandonnée. Elle est d’abord remplacée par des radiateurs électriques, dont l’usage se révèle bien trop onéreux. Le chauffage s’est ensuite limité à un unique radiateur à huile. La mort de Bernard continue d’aggraver la situation. Mal chauffée, peu entretenue, la maison s’effrite peu à peu sous l’effet du pourrissement intérieur. Deux chambres ont été désertées. Pendant que la vie se rétracte sur les pièces restées un peu saines, la moisissure étend son empire, détruit les parquets, laissant par endroit apparaître la terre, et l’absence de fondations. Rats et souris s’y multiplient. Nadine essuie chaque jour les murs qui suintent d’humidité. Elle tente de protéger son linge qui, à l’intérieur des armoires, pourrit par en dessous.

La précarité énergétique est ici la conséquence du dépérissement d’un bâti sommaire et d’une insuffisance chronique de revenus qui ont empêché d’entretenir et de rénover. L’humidité et le temps se sont conjugués dans un lent mais inexorable travail de sape. Il ne suffit pas d’être propriétaire pour maintenir sa maison en état. La possession du bien foncier est de peu de recours face à la pénurie financière, dont le couple n’est jamais véritablement sorti. Il aurait fallu avoir les moyens de reconstruire, ou bien décider de vendre, pour accéder à un logement sain.

Aujourd’hui, le pavillon est objectivement insalubre. L’association SOLiHA-Pact en a établi le constat, ce qui permettra de faire évoluer les conditions de vie de Nadine. Pour cette résidence principale déclarée insalubre, des aides importantes du programme “Habiter mieux” de l’Agence nationale d’Amélioration de l’Habitat peuvent être mobilisées. Le logement sera assaini et mis aux normes sur le plan thermique, permettant à Nadine de finir ses jours dans cette maison, où elle a emménagé quand elle avait vingt ans.

Romane, 22 ans, mariée, 1 enfant et enceinte du second, en recherche d’emploi, locataire en immeuble Mèze (Hérault).

” Nous sommes arrivés dans cet appartement il y a 6 mois. Depuis ma fille est malade, bronchites, bronchiolites, début de pneumonie. Sa chambre est froide, je mets le thermostat à 25° pour atteindre les 17°, son matelas est noir de moisissure et les murs sont tachés, il n’y a ni ventilation ni aération. Notre médecin traitant connaît la situation de cet immeuble et nous conseille de déménager. Le propriétaire n’est pas tenu de faire les travaux bien que notre logement soit classé indécent, c’est affligeant. En attendant de trouver une solution, nous dormons tous les trois dans le salon.”

Piégés dans le logement indécent. Le médecin leur a fermement conseillé de déménager, après que la petite fille de trois ans a fait un début de pneumonie. C’est un « mauvais immeuble » a-t-il dit, responsable des rhumes à répétition et des allergies de l’enfant.

Pourtant, en visitant cet appartement de trois pièces dans une vieille maison 1900, d’allure plutôt cossue, tout paraissait bien : Romane et son mari se sont décidés très vite. En réalité, les murs refaits n’étaient que les caches misère d’un logement inchauffable et dégradé. La pièce principale doit être surchauffée (à 25°C) pour que la chambre de la fille le soit un peu (à 17°C). Une autre petite chambre, sans chauffage, n’est pas utilisée. Dans les chambres, l’air se condense sur le mur Nord qui fait paroi froide et engendre de l’humidité. Il s’effrite. L’extracteur d’humidité, le fait d’essuyer le mur avec des serviettes éponge, rien n’y fait. Dans ces pièces, les matelas moisissent. Le linge sèche mal. Et quand la porte d’entrée gonfle avec l’humidité, elle ne ferme plus à clé.

L’installation de chauffage est inadaptée. Il s’agit d’un chauffage central au gaz dont le régulateur est mal positionné et fonctionne mal. Dans la chambre, le radiateur ne se déclenche jamais. Par ailleurs, cette chambre n’est pas isolée et n’a pas de système d’aération. Le salon est la seule pièce préservée de l’humidité. Ils y vivent à trois. « On dort tous dans le salon, alors que l’on a deux chambres ».

Selon le diagnostic réalisé par l’association Gefosat de Montpellier, il faudrait que le propriétaire accepte de réaliser une isolation du mur des chambres, qu’il installe une extraction d’air, qu’il modifie le positionnement du thermostat pour le réglage du chauffage. Soit un coût a priori limité, estimé à 3000 euros. Mais il refuse d’engager les travaux.

A la différence de nombreux ménages en situation de précarité énergétique, Romane et son mari ne sont pas dans une situation financière difficile. Lui est cariste, en CDI. Ils ont des revenus réguliers, de 1550 euros par mois. Leur loyer est de 800 euros charges comprises, et ils bénéficient de 350 euros d’aide au logement. Mais le chauffage au gaz et l’électricité leur coûtent 1000 euros par mois. D’après le diagnostic de l’association Gefosat, pour parvenir à chauffer les trois pièces à 19-20°C, la facture s’élèverait à 1700 euros, soit un taux d’effort énergétique proche de 10%. Ils voudraient quitter ce logement au plus vite, ne pas y passer un hiver de plus. Mais ils n’ont pas l’argent de côté pour assurer la caution et le loyer d’avance nécessaires pour entrer dans un nouveau logement.

L’assistante sociale leur déconseille pourtant de déménager. Il vaudrait mieux convaincre le propriétaire qu’il peut bénéficier de subventions pour améliorer l’efficacité thermique. S’il refuse encore, la déclaration d’indécence sera instruite par la CAF. Mais l’issue pourrait ne pas être favorable. Quand ils apprennent que les services sociaux montent un dossier qui va leur être opposé, les propriétaires préfèrent souvent dénoncer le bail et retrouver plus tard un locataire plus conciliant.

Françoise, 56 ans, divorcée, mère de 3 enfants, aide soignante à retraite, propriétaire d’un pavillons à Ganges (Hérault).

“En 2011 j’ai acheté cette maison à retaper. Je comptais sur mon fils pour les travaux qui est parti avec mes 15 000€ d’économies pour payer ses dettes. Je n’ai pas d’électricité, pas d’eau et pas de toilettes. Je m’éclaire avec des bougies, je colmate les fenêtres avec du linge, me chauffe avec un poêle à pétrole, réchauffe les conserves sur un butagaz. J’ai 50€ par mois pour vivre. Ma priorité aujourd’hui n’est pas ma maison mais de trouver un travail bien que je sois à la retraite. Dormir l’hiver ici est difficile, je m’entoure des chats du quartier mais je dois admettre que ça sent mauvais.” 

© Stéphanie Lacombe

Le pavillon devenu un quasi squat. C’est un pavillon des années soixante à la sortie du bourg. On attaque les pentes des Cévennes, à 45 minutes au nord de Montpellier. Quand on entre, on découvre un espace intérieur comme dévasté, des pièces sans portes, des fils et des tuyaux qui pendent des plafonds. Des fenêtres en PVC ont été posées sur des ouvertures éventrées. On s’imagine dans un squat. Une cuisinière dans un coin, une table et deux chaises, une lampe à gaz et un poêle à pétrole. Rien de plus. Les compteurs ont été coupés : il n’y a ni eau, ni électricité. Françoise, propriétaire de la maison, dort là, seule.

Elle a été aide soignante et a longtemps travaillé en maison de retraite. Elle décide d’acheter cette maison début 2012 avec son fils aîné. Elle a 53 ans et prend un crédit sur 20 ans. Elle savait qu’il y avait beaucoup de travaux qu’ils devraient réaliser eux-mêmes. Mais comme son fils est maçon, elle s’est lancée en comptant sur lui. Malheureusement, ce dernier s’est évaporé en emportant les 15 000 euros prévus pour les travaux, pour régler des dettes. Elle ne l’a pas revu. Les difficultés se sont accumulées : l’année de cette acquisition, elle s’est retrouvée au chômage. Elle n’a plus de courant, EDF ayant coupé le compteur à cause des impayés. Elle n’a plus d’eau non plus, et donc plus de sanitaires en fonctionnement. Elle passe régulièrement chez sa fille, qui habite en HLM, à trois kilomètres de là, pour prendre une douche, laver sa vaisselle, son linge. Ses vêtements sont stockés dans des valises. Une partie de son linge lui sert à colmater les fenêtres. Elle s’éclaire avec des bougies et utilise un poêle à pétrole.

La vie dans ce pavillon à demi ouvert à tous les vents, est bien au-delà de la précarité énergétique. Il s’agit de conditions indignes d’habitation, que s’imposent quelqu’un qui peut tout juste faire face aux remboursements d’emprunt, n’a pas les moyens d’aménager, de se faire rétablir l’eau et le courant électrique. Avec ses 1000 euros de retraite d’aide soignante de l’hôpital public, elle doit faire face à 750 euros de traites pour la maison, 100 euros de crédit à la consommation, 50 euros d’assurance pour pouvoir garder sa voiture, 40 euros de mutuelle : il reste un peu plus de 50 euros disponibles par mois. « J’ai 50 euros par mois pour vivre, je dois choisir entre m’acheter à manger ou aller à la rééducation pour ma cheville que je me suis cassée. J’achète à manger au jour le jour, je ne peux rien stocker. Je refuse d’aller à la soupe populaire ». Quand ce n’est plus tenable, elle se fait héberger un temps chez une amie, ou chez sa fille.

Congelateur Armoire 22l Congelateur Armoire 22 Litres – treev.co - congélateur armoire 200 litres

Congelateur Armoire 22l Congelateur Armoire 22 Litres – treev.co – congélateur armoire 200 litres | congélateur armoire 200 litres

Image Source: treev.co

Que faire ? Revendre à perte ou trouver des fonds pour parvenir à mettre en état l’habitation ? Elle se dit « mal emmanchée ». Sa situation relève de la grande précarité financière qui conduit à l’expédient de l’habitat sommaire, et pas simplement à la précarité énergétique. « Ma priorité aujourd’hui ce n’est pas ma maison, c’est de retrouver du travail ». Le maire l’a incitée à faire des devis pour engager une demande de subvention auprès de l’Agence nationale d’Amélioration de l’Habitat. L’association Gefosat de Montpellier l’accompagne dans la constitution d’un dossier. 

Bérengère, 35 ans, mariée, mère de 4 enfants, couple sans emploi, locataire d’une maison de ville à Douai (Nord).

« Le pignon de la maison est tombé dans la cour, il pleut dans la maison, la salle de bain s’émiette, l’électricité n’est pas aux normes. La chaudière est en panne, il fait froid et humide. J’ai mis des boudins sous les portes, du scotch aux fenêtres, on reste la journée sous les couvertures. Mais le plus dur quand je me lève la nuit, est de sentir mon bébé gelé aux pieds. On vit à l’ancienne à l’ère d’internet. Je suis fatiguée. il suffit qu’il pleuve et je suis noyée. On se rassure en se disant qu’on a un toit même si celui-ci tombe en morceau.»

© Stéphanie Lacombe

 

L’immobilier locatif de seconde zone. La maison de brique, dans une rue où elles s’alignent à l’identique, leur a plu tout de suite : 80 m², sur deux niveaux avec des combles et une petite cour, dans un quartier du centre de Douai. Bérangère et son mari la louent depuis huit ans, avec leur fils de 17 ans, leurs deux filles de 11 et 6 ans, et leur bébé d’un an. 

A leur arrivée déjà, la maison n’était pas en bon état. La chaudière, mal adaptée, n’a jamais bien fonctionné. L’électricité n’était pas aux normes. Une fuite d’eau est apparue à la salle de bain, venant de la toiture, puis une fuite au cumulus d’eau chaude. Depuis qu’ils l’occupent, la maison se dégrade, l’humidité et la moisissure progressent. Un bras de fer s’est engagé avec le propriétaire qui ne veut pas faire de travaux. Pour ce dernier, ces problèmes sont le signe que ses locataires dégradent les lieux. A défaut de chaudière, le chauffage se réduit à deux appareils : un radiateur à pétrole pour la salle de séjour, et un radiateur électrique pour la chambre de l’adolescent. Seule sa chambre est chauffée car, des enfants, il est le seul qui y passe du temps, dans son lit, à jouer aux jeux vidéo. La chambre des filles reste froide, celle des parents aussi. La nuit, Bérangère se lève pour vérifier que son bébé qui dort dans leur chambre va bien : elle s’inquiète de le trouver souvent froid.

En raison de l’état du logement, Bérangère a perdu son agrément d’assistante maternelle. La famille vit des petits boulots du mari. Leurs ressources très limitées ne leur permettent pas de trouver un autre logement dans le parc privé. La dépression de la mère, la honte des filles qui ne veulent pas inviter de copines, sont autant de signes d’une précarité qui progresse à mesure que les moisissures envahissent la maison.

Le combat contre le propriétaire canalise maintenant toute l’énergie qui reste à Bérangère, soutenue dans sa démarche par l’association SOLiHA-Pact du Douaisis. En dépit des conséquences sur leur santé, rester dans le logement et obtenir qu’il soit reconnu insalubre est la seule voie pour espérer une amélioration de la situation. Ils n’auraient plus à payer de loyer et pourraient espérer obtenir un logement HLM. Ils auraient aussi la satisfaction de gagner contre le propriétaire, de l’obliger à faire les travaux de remise aux normes.

Mais une telle victoire est plus qu’incertaine. La tension sur le marché immobilier entretient, dans le parc privé, des situations de précarité énergétique particulièrement difficiles à résorber. Le temps que le dossier de déclaration d’insalubrité aboutisse, le locataire doit supporter la situation dans la durée. Et même si les propriétaires bailleurs peuvent bénéficier d’aides pour financer des travaux importants, en échange d’un encadrement du loyer, leur intérêt est limité : ils trouveront toujours facilement preneur sur un marché immobilier tendu. Pour le locataire, s’engager dans une action contre le propriétaire est source d’inquiétudes. Bien que conseillée par l’association SOLiHA-Pact, Berangère craint que la situation ne s’envenime : elle a peur d’être mise à la porte par le propriétaire.

Et s’ils partent, elle sait que le processus recommencera avec un autre locataire et qu’une nouvelle procédure devra être relancée, sans beaucoup plus de chances d’aboutir.

Sonia, 51 ans, mariée, deux enfant à charges dont un handicapé, mère au foyer, couple sans emploi, locataire d’un meublé dans une résidence privée à Montpelier (Hérault).

« Nous habitons à quatre dans ce meublé de deux pièces depuis 15 ans. Mes deux fils dorment dans la même chambre et nous, dans le salon par terre sur un matelas. L’appartement est classé indécent depuis 3 ans. Je m’occupe non stop de mon fils handicapé, alité dans sa chambre. Il est régulièrement hospitalisé pour des infections pulmonaires en raison de la moisissure. Toute la plomberie est cassée, jevais chercher l’eau à la salle de bain pour faire ma vaisselle… Nous avons eu une proposition de logement social mais trop loin de l’hôpital. »

  

 

La vie s’est peu à peu réduite, resserrée autour du handicap du fils aîné, qui ne marche plus depuis maintenant trois ans. Avec un fauteuil difficile à manipuler hors de l’immeuble, il sort très peu. L’essentiel du quotidien se déroule dans la chambre de 10m² qu’il partage avec son frère, autour du lit médicalisé. Sonia fait des mots croisés et brode des petits tableaux au point de broderie. Le cadet s’installe avec eux sur son lit. Il joue à la console de jeu ou fait des dessins inspirés des mangas.

La vie s’est réglée ainsi, autour de l’enfant devenu adulte et grabataire, car « tout seul, il hurle ». La nuit, Sonia et son mari dorment sur un matelas posé par terre, dans la pièce principale. Au réveil, il faut dresser le matelas contre le mur pour circuler et pouvoir prendre le petit déjeuner sur la table, seul meuble de la pièce, en plus d’une console pour la télévision. Il n’y a qu’une petite armoire, les affaires de la famille sont dans des cartons empilés dans un coin de la pièce et dans l’entrée.

La famille n’a pas de problème de chauffage : le chauffage collectif fonctionne bien. Pourtant l’appartement s’est peu à peu dégradé. Le propriétaire ne s’en occupe pas, car il voudrait vendre. Le store toujours baissé dans le salon est en réalité cassé, le lave-linge et le sèche-linge qui ne fonctionnent plus n’ont pas été remplacés. Les robinets d’eau de la cuisine sont hors d’usage, ce qui oblige à aller chercher l’eau à la salle de bain avec une bassine. Pour le linge, la famille va à la laverie du quartier. Un des murs du salon qui donne sur l’extérieur est noir de moisissures. La chambre n’est pas aérée, et du fait de la chaleur et de la présence permanente, elle est saturée d’humidité.

On est là loin des critères de la précarité énergétique. Au prix de restrictions permanentes, notamment sur la consommation d’énergie, la famille parvient à honorer ses factures. Le logement a été reconnu indécent par le service d’hygiène de la ville, du fait de la surface insuffisante et de la dégradation intérieure, mais pas en raison du manque de confort thermique. Des démarches ont été engagées auprès de l’office HLM Hérault Habitat, avec l’assistante sociale du quartier. Faute de trouver un logement HLM à proximité de l’hôpital où leur fils, fragile des poumons, peut être admis en urgence, leur situation parait bloquée. Le père tente des démarches, il a écrit au Président de la République. Jusque-là sans succès.

Christian, 62 ans, célibataire, VRP, locataire d’une maison de village à Vailhauquès (Hérault).

“J’habite un village au milieu des collines. Je me chauffais avec un poêle à bois, mais depuis mon hernie discale, il m’était devenu impossible de porter une bûche… je l’ai revendu au profit d’un poêle à pétrole que j’allume quand il fait vraiment très froid. Quelqu’un vient m’aider à rentrer le bidon de 25 litres. Je suis comme tout le monde, je cherche à faire des économies alors j’allume tout doucement le chauffage électrique. J’ai des problèmes de moisissure au mur, les fenêtres et les volets sont pourris. Depuis mon opération, je m’aère, je vais chercher mon romarin dans la garrigue et me prépare des tisanes.”

 

Christian vit seul dans une petite bâtisse collée aux vieilles maisons du village. Ses fenêtres ouvrent sur la garrigue. Il s’y trouve bien. Il est en bons termes avec ses propriétaires, deux frères qui ont hérité d’un ensemble de maisons appartenant de longue date à leur famille de viticulteurs. Toutefois, l’intérieur de Christian se dégrade : humidité et moisissures ont fait leur apparition sur les murs, sous les fenêtres.

La maladie de longue durée – une hernie discale -, a pour lui tout changé, jusqu’à la manière de se chauffer. Après l’opération, la conduite lui a été déconseillée, lui qui fut VRP dès l’âge de 18 ans, dans le commerce de l’huile d’olive. Pendant un temps, des collègues lui ont porté des courses une fois par semaine. Depuis son arrêt, il bénéficie de deux heures d’aide ménagère par semaine. Jusqu’en 2009, il se chauffait grâce à un poêle à bois, suffisant pour les deux pièces principales de sa maison. Il rentrait 4 ou 5 stères par hiver, pour 300 euros. Mais le bois est devenu trop difficile à porter. « Prendre la bûche, c’est devenu impossible. Ne plus pouvoir se baisser, ça paraît incroyable ». Après l’abandon du bois, deux chauffages d’appoint électriques ont été mobilisés. L’un dans la salle, l’autre dans la chambre, lui coûtant de l’ordre de 300 euros pour trois mois l’hiver. Il préférait cette solution au poêle à pétrole, à cause des odeurs. Mais le pétrole revient presque trois fois moins cher.

Christian a aujourd’hui 980 euros de revenu mensuel. La moitié passe dans son loyer. S’y ajoutent 175 euros par mois pour l’assurance de la maison, de la voiture, la mutuelle et l’abonnement à la télévision numérique. Aujourd’hui la restriction domine le quotidien. « La famille, quand on a de l’argent ça va, sinon on ne les voit pas. Chacun vit sa vie, de son côté. Moi ça va. Je vis comme à l’époque de ma mère. J’ai toujours fait du stock. » Il utilise des bouteilles de butagaz pour sa gazinière et son cumulus d’eau chaude. Il s’était également installé un climatiseur en 2009, qu’il utilisait l’été pour tempérer la nuit, « la nuit c’est impeccable, on dort mieux », et l’hiver pour chauffer. Mais ça coûte cher, et l’appareil est en panne.

Les deux frères, ses propriétaires, ont du mal à se mettre d’accord : l’un est prêt à faire des travaux d’amélioration de la maison, l’autre non. Il faudrait isoler la toiture, changer les fenêtres pour mettre du double vitrage, installer de nouveaux volets. En attendant, Christian s’est équipé de deux extracteurs d’humidité, l’un dans la chambre, l’autre dans la partie cuisine. Son avenir est incertain. Son handicap est devenu contraignant, mais il ne veut pas partir. « Je suis bien ici, au milieu des collines, sans voisin, je vais chercher mon romarin et je me fais des tisanes. ».

Remerciements

La réalisation de ce portrait photographique de la précarité énergétique a été aidée par la Fondation Abbé Pierre.

Les associations qui sont mobilisées sur le terrain pour trouver des solutions aux situations de précarité énergétique ont accepté de jouer les intermédiaires. Grâce à eux, il a été possible de rencontrer des ménages disposés à témoigner de leurs difficiles conditions de vie. 

Nous remercions tout particulièrement les associations SOLiHA-Pact du Douaisis, SOLiHA-Pact Paris-Hauts de Seine-Val d’Oise, SOLiHA-Pact du Loiret, le Gefosat de l’Hérault, les Compagnons Bâtisseurs de Tours, les Compagnons Bâtisseurs de Lyon, les Compagnons Bâtisseurs de Brest.

Siemens GS22NAW22 - Congélateur armoire 22 Litres - Comparer avec ... - congélateur armoire 200 litres

Siemens GS22NAW22 – Congélateur armoire 22 Litres – Comparer avec … – congélateur armoire 200 litres | congélateur armoire 200 litres

Image Source: touslesprix.com

Et nous remercions très chaleureusement, les treize ménages qui ont accepté que des images de leur intérieur et de leur vie quotidienne soient rendues publiques.

11 idées fausses sur le congélateur armoire 11 litres | congélateur armoire 11 litres – congélateur armoire 200 litres
| Delightful in order to my website, within this moment I’m going to provide you with in relation to keyword. Now, this can be a initial impression:

Tonnant Congelateur Armoire 22 L 22 Litres Congaaclateur Coffre ... - congélateur armoire 200 litres

Tonnant Congelateur Armoire 22 L 22 Litres Congaaclateur Coffre … – congélateur armoire 200 litres | congélateur armoire 200 litres

Image Source: sakranet.net

Why don’t you consider image over? will be that will wonderful???. if you think maybe so, I’l l demonstrate some picture yet again underneath:

So, if you wish to secure these magnificent pics about (11 idées fausses sur le congélateur armoire 11 litres | congélateur armoire 11 litres), press save icon to download the graphics in your laptop. These are ready for down load, if you love and wish to own it, click save logo in the post, and it will be directly downloaded to your notebook computer.} Finally if you would like gain new and the recent image related to (11 idées fausses sur le congélateur armoire 11 litres | congélateur armoire 11 litres), please follow us on google plus or bookmark this blog, we attempt our best to present you daily up grade with all new and fresh pictures. We do hope you love keeping right here. For some up-dates and latest news about (11 idées fausses sur le congélateur armoire 11 litres | congélateur armoire 11 litres) images, please kindly follow us on tweets, path, Instagram and google plus, or you mark this page on bookmark section, We attempt to present you update periodically with all new and fresh images, like your browsing, and find the ideal for you.

Thanks for visiting our site, contentabove (11 idées fausses sur le congélateur armoire 11 litres | congélateur armoire 11 litres) published .  Today we’re pleased to announce we have found an incrediblyinteresting contentto be pointed out, namely (11 idées fausses sur le congélateur armoire 11 litres | congélateur armoire 11 litres) Lots of people looking for info about(11 idées fausses sur le congélateur armoire 11 litres | congélateur armoire 11 litres) and of course one of these is you, is not it?

Congélateur pas cher | BUT.fr - congélateur armoire 200 litres

Congélateur pas cher | BUT.fr – congélateur armoire 200 litres | congélateur armoire 200 litres

Image Source: image.but.fr

Congelateur Armoire 22l Litres Congelateur Armoire 22 Litres ... - congélateur armoire 200 litres

Congelateur Armoire 22l Litres Congelateur Armoire 22 Litres … – congélateur armoire 200 litres | congélateur armoire 200 litres

Image Source: treev.co

Congélateur armoire | La Redoute - congélateur armoire 200 litres

Congélateur armoire | La Redoute – congélateur armoire 200 litres | congélateur armoire 200 litres

Image Source: laredoute.com

HOTPOINT UPS22.22 - Congélateur armoire - 22L - Froid statique ... - congélateur armoire 200 litres

HOTPOINT UPS22.22 – Congélateur armoire – 22L – Froid statique … – congélateur armoire 200 litres | congélateur armoire 200 litres

Image Source:

Congelateur Armoire 22 L Congélateur Armoire Pg Eca 22i Essentiel ... - congélateur armoire 200 litres

Congelateur Armoire 22 L Congélateur Armoire Pg Eca 22i Essentiel … – congélateur armoire 200 litres | congélateur armoire 200 litres

Image Source: sarahjlwest.com